Mode sombre
  • 02 février 2023
Fermer
Votre panier est vide
Total
0.00
Le conseiller de Zelensky savait que sa volonté d’adhérer à l’Otan entraînerait guerre et dévastation

Le conseiller de Zelensky savait que sa volonté d’adhérer à l’Otan entraînerait guerre et dévastation

Dans une interview donnée le 18 février 2019, le futur conseiller du président Zelensky décrivait avec une certaine précision le déroulement de la guerre en Ukraine à venir.

Le conseiller du président ukrainien, Olekseï Arestovitch, peut-il voir l’avenir ? Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il avait bien conscience que la volonté de l’Ukraine d’adhérer à l’Otan allait entraîner une guerre avec la Russie, et que cette dernière allait « dévaster » tout le territoire ukrainien.

La Russie ou l’Otan ?

Dans une interview accordée à la chaîne d’information ukrainienne Apostrophe.ua, M. Arestovitch a estimé que l’adhésion à l’Otan était le seul espoir pour l’Ukraine de garantir son indépendance. « Si nous n’adhérons pas à l’Otan, elle sera absorbée par la Russie d’ici 10 à 12 ans », a-t-il déclaré. Mais il avait bien conscience des conséquences, puisqu’il a déclaré que toute discussion sur l’adhésion de l’Ukraine à l’Otan « provoquerait la Russie à lancer une opération militaire de grande envergure contre l’Ukraine ».

« Le prix à payer pour rejoindre l’Otan est un grand conflit avec la Russie »

 

Une destruction annoncée

En effet, selon lui, la Russie chercherait à détruire la plus grande partie possible de l’Ukraine avant qu’elle ne soit acceptée au sein de l’Otan, pour ne pas avoir à affronter cette dernière directement, a déclaré M. Arestovitch. L’Ukraine devient « inintéressante pour l’Otan en tant que territoire dévasté ».

Des prédictions devenues réalité

Arestovitch a ensuite prédit la nature de l’attaque russe, décrivant une offensive aérienne, suivie de l’invasion de l’armée russe placée aux frontières de l’Ukraine, consistant en un siège de Kiev, un encerclement des forces ukrainiennes au Donbass, une avancée hors de Crimée visant à sécuriser l’approvisionnement en eau de la péninsule et un autre assaut depuis le territoire du Bélarus. Il pensait que la Russie chercherait à créer d’autres « Républiques populaires », comme celles de Donetsk et de Louhansk, dans toute l’Ukraine.

En 2019, Arestovitch estimait que la possibilité d’une invasion était de « 99,9 % ». Il a déclaré que la « période entre 2020-2022 était la plus critique » pour l’assaut russe sur l’Ukraine.

 

Image principale par Lalibre.be

 

POUR SOUTENIR NOTRE MAGAZINE
✰ 112 pages, 100 % INDÉPENDANT et SANS PUB ! ✰

 


✰Magazine NEXUS : 112 pages, 100 % INDÉPENDANT et SANS PUB !✰

👉 CHER LECTEUR, NOUS AVONS BESOIN DE VOUS ! En plus de son magazine papier,  Nexus vous propose du contenu web 100% GRATUIT, et une info 100% LIBRE ! Pour rappel, Nexus ne bénéficie d’aucune subvention publique ou privée et vit grâce à ses lecteurs, abonnés, ou donateurs.

Pour nous soutenir, vous pouvez :
✅ Vous abonner au magazine Papier & Numérique


✅ Feuilleter tous nos numéros et les commander à l’unité

✅ Acheter notre numéro 137 de novembre-décembre 2021 en kiosque, ou en ligne
✅ Faire un don ponctuel ou régulier sur TIPEEE ou sur PAYPAL

📲Gardons le contact, retrouvez-nous sur les autres réseaux sociaux : https://magazine.nexus.fr/les-reseaux/

 

👉 Découvrez tout notre contenu web vidéo en accès libre sur notre chaîne Youtube

👉 Retrouvez-nous sur Facebook et Twitter

👉 Et pour contourner la censure, rejoignez-nous sur VK et Odysee !

👉 Vous pouvez aussi FAIRE UN DON ponctuel ou régulier sur TIPEEE ou sur PAYPAL pour financer le contenu en ligne GRATUIT. C’est grâce à votre contribution que l’équipe web pourra continuer !


Soutenez NEXUS, faite un don


Numéro en relation



Commentaires

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour faciliter votre connexion, votre navigation ou réaliser des statistiques de visites.

En savoir plus